Corvette C2 1967 HPI – Tamiya TT02

Dans le courant de l’année 2021, je m’étais offert un châssis dont je n’étais pas particulièrement emballé au début, à savoir le TT02 de Tamiya. Les initiales “TT” signifient “Touring Trainer”, autrement dit un châssis idéal pour débuter mais sans être très performant ni très évolutif. La débauche de pièces optionnelles sont essentiellement des homologues en aluminium anodisés en bleu ou rouge, usinées bien entendu par machine à commande numérique. Quelques-unes sont utiles, et d’autres sont davantage pour l’esthétique. Voilà pourquoi beaucoup de modélistes l’apprécient, pour son côté “bidouillable” et surtout polyvalent. Mais comme tout ce qui est polyvalent, il n’excelle nulle part.



Voilà pourquoi je ne portais pas vraiment d’attention à ce châssis, mais comme j’ai une certaine envie de faire rouler de belles carrosseries, je me suis offert fin avril 2021, un exemplaire du TT02 Type-S. Après le montage relativement facile, j’ai décidé en fin d’année de revoir une vieille connaissance, à savoir la carrosserie de la Corvette C2 1967 par HPI. Une des seules fabrications encore à peu près potable à ce jour, avec une planche de stickers très détaillée, les caches pour les vitres durant la mise en peinture et des pièces rapportées, résolvant au passage le problème du plan de joint ; ce détail étant assez visible et présent dans quasiment toutes les productions de Tamiya en matière de carrosseries en polycarbonate.

J’ai retenu une version de compétition américaine où visiblement les sponsors n’étaient pas trop légions et où les voitures roulaient sur des jantes en tôle. Chose impensable de nos jours, mais très courante dans les années 60. La Corvette de Mickey Thomson va me servir d’inspiration.

Il ne faut pas grand chose pour obtenir quelque chose de similaire en modèle-réduit. Des numéros de course, un logo sur les ailes arrière, des jantes imitant celles en tôle, et une teinte unie. La couleur retenue étant le gris PS9, suivi du blanc pour accentuer encore l’aspect brillant, avant de finir par le noir.

Les bases étant définies, passons aux finitions. La lame du bouclier avant a été découpée car la vraie Corvette n’en dispose pas. Pour combler le manque du quatrième numéro de course situé à l’arrière, j’ai pioché dans la planche de stickers pour les Tamiya Tamtech Gear.

Dernier mot sur le châssis, le TT02. Les photos ci-dessous correspondent à la rétrogradation du TT02 Type-S en TT02 tout court. Les différences se situent dans les suspensions mieux étudiées sur le Type-S, mais je voulais voir les capacités de la version normale avant toute chose. Après une session de roulage dans mon parking souterrain en plein hiver, je comprends une chose. Le TT02 est vraiment très marrant à utiliser, il est parfait pour rouler sur n’importe quelle surface plane, et je crois que c’est justement là son intérêt. Ce n’est pas une bête de course, mais pour quoi faire ? Juste un renvoi de direction en alu sur roulements à billes et des amortisseurs hydrauliques à corps en plastique à la place de ceux d’origine, des roulements à billes et c’est bon. Je me suis permis de rajouter l’arbre de transmission en alu et une installation radio des plus basiques avec cependant un servo low-profile pour la direction.